Stan Wawrinka remporte son 2ème titre du Grand Chelem à Roland Garros !

stan-wawrinka-novak-djokovic-finale-roland-garros-2015-ceremonie-remise-trophée-gustavo-kuerten-guga-champions-tennis

Deux finales de Grands Chelems et deux titres. C’est désormais le bilan du Suisse Stan Wawrinka après avoir remporté dimanche à Roland Garros le second Grand Chelem de la saison. Pour soulever le trophée parisien, Wawrinka aura eu besoin de quatre manches pour se défaire du numéro un mondial Novak Djokovic 4-6 6-4 6-3 6-4. Stanimal comme beaucoup le surnomme rentre donc un peu plus dans l’histoire de son sport en atteignant un niveau qu’il n’aurait jamais pensé approcher il y a encore quelques années. Pour Novak Djokovic il faudra retenter sa chance pour enfin gagner le dernier titre du Grand Chelem qui manque à son palmarès.

Beaucoup avais misé sur Novak Djokovic pour remporter cette finale, et ils avaient sans doute raison tant les raison de le penser étaient nombreuses. Mais les affrontements entre le Serbe et Stan Wawrinka ont toujours offert un spectacle et un niveau de jeu exceptionnel ces dernières années, alors y avait tout de même de bonnes raisons d’y croire pour le Suisse. Et il a eu raison d’y croire, car l’alliage de sa puissance physique et de sa justesse tactique ont fait mouche lors cette finale. Interrogé en conférence de presse sur ce que représentais ce nouveau titre majeur pour lui, Stan Wawrinka préfère ne pas comparer et simplement savourer : « C’est juste différent, je ne veux pas comparer. Ce deuxième titre est vraiment spécial puisqu’en finale j’ai joué Novak, le numéro 1 mondial, qui gagne presque tout depuis le début de l’année. Je suis fier d’avoir battu Novak aujourd’hui (dimanche), mais j’ai encore du mal à réaliser que j’ai gagné Roland-Garros. C’est toujours la même chose après avoir gagné un grand titre. C’est étrange de me dire que j’ai deux Grands Chelems, plus un titre olympique et un titre en double. Je n’attendais pas ça de ma carrière, je ne m’attendais pas à être si fort. Magnus (Norman, son coach) m’insuffle beaucoup de confiance. Il me dit que je peux être le numéro 1 mondial et remporter le Grand Chelem. Depuis deux ans, j’ai changé de catégorie. »

Malgré quelques moments délicats, Stan Wawrinka a de manière général développé un niveau de jeu très élevé parsemé de quelques coups exceptionnels lors de cette finale, notamment avec son revers à une main tout simplement magique. Et fatalement la question de savoir si ce match était le meilleur de sa carrière s’est posée : « Par rapport à tout ce qui s’est passé, aux événements et à l’enjeu, oui, c’est clair, c’est mon meilleur match. Je me suis étonné, parce qu’à la fin du deuxième set, j’avais l’impression de commencer à fatiguer physiquement, d’avoir des bobos un peu partout. J’avais du mal à me persuader que j’allais pouvoir tenir la cadence. Je suis surpris par la manière dont le quatrième set s’est fini, surtout quand j’ai commencé à pouvoir me relâcher en revers et à pouvoir envoyer ce que je voulais. Pour moi, c’est un sentiment qui arrive très rarement, mais l’avoir en Grand Chelem, en finale, contre Djokovic, c’est juste énorme!« 

Forcément très déçu et touché par cette nouvelle défaite en finale du seul tournoi du Grand Chelem qu’il manque à son palmarès, le numéro un mondial Novak Djokovic est resté positif après son match, conscient de son niveau et des opportunité futurs qu’il aura sans aucun doute de soulevé ce titre si précieux à ses yeux. Et s’il n’a pas soulevé la coupe du vainqueur hier, Novak Djokovic a peut-être gagné plus que cela avec une véritable déclaration d’amour du parisien présent sur le court Philippe Chatrier. Une standing ovation de plusieurs minutes rarement, voir jamais vue, dans aucun tournoi jusqu’ici qui a fini par laisser apparaître quelques larmes sur le visage du Serbe. S’en est suivi un discours en français digne du champion qu’est Novak Djokovic, saluant le travail mené par Stan Wawrinka et son team, mais aussi l’immense respect qui existe entre les deux joueurs.

En conférence de presse certains ont interrogé Djokovic sur le rôle qu’avait pu jouer le fait d’avoir disputé un match très intense ace à Andy Murray sur deux jours, et donc de ne pas avoir eu les mêmes conditions de récupération que son adversaire Suisse. Mais le numéro un mondial a vite coupé court à toute polémique : « Je ne veux pas chercher d’excuses. Je ne vais pas me plaindre des matches que j’ai joués. Les deux derniers, notamment celui contre Andy Murray, m’ont usé émotionnellement et physiquement. Mais aujourd’hui (dimanche), j’étais frais physiquement, donc prêt à aller sur le court et me battre, et c’est ce que j’ai fait. Peut-être que pendant les moments cruciaux, je n’ai pas eu suffisamment d’explosivité dans les jambes. Mais il était meilleur. Au cours des derniers mois, j’ai travaillé dur pour me trouver dans cette position, être prêt, c’est-à-dire gérer la situation. Je pense que j’ai été à la hauteur. J’étais motivé sur le court. Comme je vous l’ai dit, il a mieux joué que moi. Mon adversaire a joué un tennis remarquable, courageux, je dois le féliciter parce qu’il mérite la victoire. »

Propos recueillis par Fabien Mulot et Julien Giovanella pour L’Equipe.

Publicités

Poster un commentaire (adresse e-mail non obligatoire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s