Interview avec Victoria Larrière : « Je me sens plus sereine sur un terrain »

Crédit photo : Page Facebook de Victoria Larrière

Crédit photo : Page Facebook de Victoria Larrière

Alors qu’elle est en pleine préparation pour son prochain tournoi ITF, le 25 000$ de Denain, Victoria Larrière a très gentiment accepté de répondre à mes questions. La jeune Française, classée 172ème WTA à son meilleur, est notamment revenu sur son parcours depuis son arrêt de la compétition suite à une vilaine blessure au poignet survenue en 2013. Une fissure au poignet gauche qui a mis beaucoup de temps à se consolider pour être précis. Eloignée des terrains de tennis, Victoria ne s’est pas laissée abattre et a vite trouvé un nouveau challenge à relever en s’inscrivant à la faculté de médecine. Désormais avec sa licence en poche, la Martégale a repris la raquette et le chemin de la compétition il y a quelques mois déjà, et les résultats sont plutôt encourageants. C’est désormais une Victoria Larrière différente qui aborde sa deuxième carrière avec plus de sérénité, une très grande motivation… mais aussi quelques courbatures 😉

Bonjour Victoria. Première question, forcément, comment te sens tu physiquement ?
Bien, mon poignet ne me fait plus souffrir c’est un vrai soulagement. Sinon la reprise est forcément difficile physiquement mais c’est de la bonne fatigue!

Tu as malheureusement passé un long moment hors des courts à cause d’une blessure… Y-a-t-il quelque chose de positif qu’un joueur peut apprendre de ces moments difficiles ?
Oui je pense que je suis différente aujourd’hui, j’ai plus de recul. Je me sens plus sereine sur un terrain et j’ai pris le temps de développer une vie hors tennis.

Est-ce que le fait de reprendre tes études t’a aidé à passer plus rapidement à autre chose et mieux vivre ce moment ?
Clairement ça a été salutaire pour moi… L’arrêt de ma carrière a été un moment terrible et repartir tout de suite sur autre chose m’a permis de ne pas Lire la suite

Publicités

Victoria Larrière : « Une mobilisation 24h sur 24 »

Victoria Larrière interview

La jeune Victoria Larrière, 21 ans a récemment accordé une interview très intéressante à Aix sport où elle évoque entre autres sa carrière, ses ambitions et sa vie de jeune femme. L’intégralité de l’interview est à retrouver ici. En voici quelques extraits choisis.

Quelle place prend le tennis dans ta vie ?
Je dirais que c’est une mobilisation 24 heures sur 24. Même lorsque je suis au repos, au cinéma ou avec mes amis, je suis toujours en train de penser dans un coin de ma tête, à ce que je dois faire le lendemain pour m’entraîner. Quand je mange, c’est pour mon tennis. Quand je me couche tôt, c’est pour mon tennis. Toute ma vie est articulée autour de cette passion intense.

Quels ont été les sacrifices à faire pour devenir joueuse de tennis professionnelle ?
Pour moi, ce ne sont pas des sacrifices, car cela a toujours été mon choix, personne ne m’a forcé à faire quoi que ce soit. Mais c’est vrai qu’il n’y a pas de sortie… je n’ai pas été à l’école depuis l’âge de neuf ans… ce qui réduit les interactions sociales. Dans la région, je ne connais pas grand monde, toutes mes amies sont sur le circuit, la plupart étrangères. Donc c’est vrai que c’est une vie assez solitaire et que toutes les attractions normales que pourrait avoir une jeune fille de 21 ans, je ne les fait pas vraiment.

Cela se répercute également sur ta vie amoureuse ?
Une vie amoureuse est quasiment impossible, voire inexistante. C’est un choix, je sais que certains arrivent à Lire la suite

Entretien avec Victoria Larrière

Interview with Victoria Larrière

Voici une interview que m’a très gentiment accordé Victoria Larrière, jeune joueuse très prometteuse ! Âgée de 21 ans, Victoria qui représente l’avenir du tennis français nous parle ici de la saison écoulée, de celle à venir, et de ses goûts…

Quand as-tu commencé à jouer au tennis et comment l’envie t’es venue ?
J’ai commencé à jouer au tennis à l’âge de 3 ans avec mes parents tous les deux BE de tennis! Je passais mes journées au bord du court et j’ai toujours adoré ça!

Comment te décrirais-tu en trois mots ?
Déterminée, Enthousiaste et Têtue.

Quel est ton meilleur souvenir tennistique jusqu’à maintenant ?
Je dirais mes premiers pas en grand chelem notamment à l’Open d’Australie et Lire la suite

Mon premier Roland… Victoria Larrière

Voici un petit article concernant une espoire du tennis français, Victoria Larrière, qui est paru durant le tournoi de Roland Garros et que je n’avais pas encore publié sur le blog.

Aujourd’hui, c’est Christian, le grand-père, qui est content. Après avoir promené sa petite-fille dans les allées du stade de la Porte d’Auteuil plusieurs années durant, le vieil homme de 78 ans la retrouve pour la première fois à l’affiche du programme de la première semaine de Roland-Garros. La prédiction « un jour toi aussi tu joueras peut-être Roland-Garros », qu’il lui soufflait jadis dans l’oreille du haut des tribunes du Suzanne-Lenglen, s’est donc réalisée. Quoi de plus sacré en effet que de jouer Roland-Garros lorsque l’on est Française ? « Si je devais en choisir un, c’est le Grand Chelem que j’aimerai vraiment gagner un jour », avoue la 175e mondiale, la tête remplie de souvenirs de ces journées ensoleillées passées dans les allées de Roland. « On venait tous les ans deux ou trois jours en première semaine. J’adorais voir jouer Fabrice Santoro, il me faisait délirer car il rendait ses adversaires complètement dingues. J’aimais bien aussi Maria Sharapova, parce qu’elle était trop jolie et qu’on avait le sentiment de voir une grande poupée jouer au tennis. »

Entraînée par son père, Bernard, depuis sa plus tendre enfance à l’Olympique Cabriès Calas dans les Bouches-du-Rhône, Victoria s’est projetée ainsi au fil des ans, sur cette terre ocre, sans pression, mais avec envie. Aujourd’hui, « j’ai un peu l’impression que je vais jouer à la maison. Je connais tous les recoins du stade. Je me sens à l’aise ici. C’est agréable et cela permet de désacraliser un peu les choses… »

D’autant qu’en plus des diverses éditions des championnats de France organisées chaque année sur la terre de Roland (elle y atteint la finale des 13-14 ans en 2005 et des 17-18 ans en 2008), la demoiselle au pétillant sourire a également fait ses gammes à deux reprises dans le tournoi junior. « J’avais 14 ans et j’étais assez impressionnée. C’était mon premier contact avec de grands joueurs. Je marchais la tête baissée et je n’osais même pas aller dans les vestiaires par peur de déranger. » Depuis, l’adolescente s’est muée en jeune femme et la joueuse a appris à aimer la terre. « Jusqu’à présent je ne m’étais pas vraiment entrainée sur cette surface. C’est la première année que l’on fait une vraie préparation sur terre… J’aime vraiment ça. Tactiquement, il faut davantage réfléchir, et puis il y a les glissades, les amorties, c’est plus un jeu en fait. »

Plus à l’aise aussi avec les stars de sa discipline, la n°12 Française n’a pas hésité à participer à la journée des enfants, samedi, lors d’un match d’exhibition face à la Néo-Zélandaise Marina Erakovic. « C’était un peu les balles à blanc avant les balles réelles. » Aujourd’hui, face à la tête de série n°16, Victoria espère surtout gagner en expérience. « Ce n’est jamais facile de jouer une tête de série, mais c’est un peu le genre de match que je voulais, elle a un jeu assez franc, c’est le jeu que j’aime bien. Je vais essayer de me faire plaisir et jouer à fond. » Dans les gradins, aux côtés de sa mère et de son petit frère, papy Christian devrait savourer.

Très bon article qui provient du site de Roland Garros