Interview avec Victoria Larrière : « Je me sens plus sereine sur un terrain »

Crédit photo : Page Facebook de Victoria Larrière

Crédit photo : Page Facebook de Victoria Larrière

Alors qu’elle est en pleine préparation pour son prochain tournoi ITF, le 25 000$ de Denain, Victoria Larrière a très gentiment accepté de répondre à mes questions. La jeune Française, classée 172ème WTA à son meilleur, est notamment revenu sur son parcours depuis son arrêt de la compétition suite à une vilaine blessure au poignet survenue en 2013. Une fissure au poignet gauche qui a mis beaucoup de temps à se consolider pour être précis. Eloignée des terrains de tennis, Victoria ne s’est pas laissée abattre et a vite trouvé un nouveau challenge à relever en s’inscrivant à la faculté de médecine. Désormais avec sa licence en poche, la Martégale a repris la raquette et le chemin de la compétition il y a quelques mois déjà, et les résultats sont plutôt encourageants. C’est désormais une Victoria Larrière différente qui aborde sa deuxième carrière avec plus de sérénité, une très grande motivation… mais aussi quelques courbatures 😉

Bonjour Victoria. Première question, forcément, comment te sens tu physiquement ?
Bien, mon poignet ne me fait plus souffrir c’est un vrai soulagement. Sinon la reprise est forcément difficile physiquement mais c’est de la bonne fatigue!

Tu as malheureusement passé un long moment hors des courts à cause d’une blessure… Y-a-t-il quelque chose de positif qu’un joueur peut apprendre de ces moments difficiles ?
Oui je pense que je suis différente aujourd’hui, j’ai plus de recul. Je me sens plus sereine sur un terrain et j’ai pris le temps de développer une vie hors tennis.

Est-ce que le fait de reprendre tes études t’a aidé à passer plus rapidement à autre chose et mieux vivre ce moment ?
Clairement ça a été salutaire pour moi… L’arrêt de ma carrière a été un moment terrible et repartir tout de suite sur autre chose m’a permis de ne pas Lire la suite

A la découverte de… Barbara Haas

Crédit photo : @Tennisandco

Crédit photo : @Tennisandco

Née à Steyr, Barbara Haas est probablement la plus talentueuse et plus prometteuse joueuse Autrichienne de tennis. Actuellement à la 168ème place mondiale au classement WTA, elle a déjà remporté 10 titres en simple sur le circuit ITF, dont 2 cette saison à Naples et Port Pirie, et elle vient tout juste de faire ses débuts en Grand Chelem à Roland Garros. Et pour sûr, il y a bien plus à venir pour cette joueuse encore très jeune et talentueuse, parce que Barbara Haas à définitivement le bon état d’esprit pour atteindre ses objectifs et réaliser de grandes choses dans le monde du tennis. Donc il n’y a aucun doute sur le fait que vous allez entendre parler d’elle de plus en plus dans les prochains mois et prochaines années… Et tandis qu’elle se prépare pour le reste de sa saison, Barbara Haas a très gentiment accepté de prendre un peu de son temps pour répondre à mes questions afin de vous permettre d’apprendre à la connaitre un peu mieux… 🙂 (English version)

Tout d’abord, comment es-tu arrivée dans le monde du tennis ?
Ma sœur jouait au tennis et du coup j’ai aussi voulu jouer.

Comment décrirais-tu ton style de jeu et quelles sont tes forces ? Et dans quel(s) compartiment(s) de ton jeu penses-tu avoir encore le plus besoin de progresser ?
Je dirais constant avec des frappes lourdes depuis la ligne de fond. Je veux améliorer mon jeu offensif, vraiment y aller dès que j’ai une chance. Et mon service.

Tu as déjà remporté deux titres ITF 25 000$ cette saison, et tu viens juste d’atteindre le meilleur classement en simple de ta carrière, je suppose que tu es plutôt heureuse de cela 🙂 Comment juges-tu la première partie de ta saison ?
Je suis heureuse de ma première partie de saison, les titres sont géniaux bien sûr et mes débuts en Grand Chelem à Roland Garros aussi se sont très bien passés. Donc je suis heureuse de tout cela pour l’instant, mais j’essaie toujours Lire la suite

A la découverte de… Rebecca Sramkova

Crédit photo : Archives personnelles de Rebecca Sramkova

Crédit photo : Archives personnelles de Rebecca Sramkova

Née à Bratislava en Slovaquie, Rebecca Sramkova, qui a déjà atteint deux demi-finales sur le circuit ITF cette saison, a très gentiment pris un peu de son temps pour répondre à quelques-unes de mes questions. La Slovaque âgée de 19 ans est probablement l’une des joueuses les plus prometteuses de son pays et cette interview est une bonne occasion d’apprendre à connaitre un plus cette très talentueuse et très sympathique fille. Presque chaque semaine passée sur le circuit Rebecca Sramkova s’améliorer, alors il n’y a aucun doute que vous allez de plus en plus entendre parler d’elle dans les mois et années à venir… (English version)

Tout d’abord, comment es-tu arrivée dans le monde du tennis ?
En fait j’ai des problèmes avec mes yeux, c’est comme ça que j’ai commencé à jouer au tennis quand j’avais six ans. C’était bon pour moi à cause de la concentration et du fait de fixer la balle, mais après une courte période cela a commencé à être une passion pour moi.

Comment décrirais-tu ton style de jeu et quelles sont tes forces ?
Je joue rapidement, avec un bon service et des volées posée parfois.

Et dans quel(s) compartiment(s) de ton jeu penses-tu avoir encore le plus besoin de progresser ?
Je pense que j’ai surtout besoin d’améliorer mon jeu de jambes et Lire la suite

A la découverte de… Lou Brouleau

Photos fournies par Lou Brouleau

Photos fournies par Lou Brouleau

Lou Brouleau, 20 ans, est sans doute l’une des joueuses Françaises les plus prometteuses. La jeune et talentueuse joueuse originaire de Poitiers, qui participera au tournoi ITF 25 000 $ à Grenoble dans quelques jours, a très gentiment accepté de prendre quelques minutes de son temps pour répondre à quelques-unes de mes questions afin de vous permettre d’apprendre à la connaître un peu mieux… Lou Brouleau, qui a déjà remporté 7 titres ITF en simple et 4 en double occupe actuellement le 344ème rang au classement WTA, et le 18ème au classement national. Déterminée et en progression constante, nul doute que vous allez entendre parler de plus en plus de Lou dans les mois et les années à venir…

Tout d’abord, comment es-tu arrivée dans le tennis ?
Mon frère jouait au tennis. On a 6 ans d’écart, du coup je l’ai beaucoup accompagné quand j’étais petite et puis j’ai voulu faire pareil!

Comment décrirais-tu ton style de jeu, quelles sont tes forces, et quel(s) compartiment(s) de ton jeu penses-tu devoir encore le plus améliorer ?
Je suis plutôt une joueuse solide du fond de court capable de prendre la balle tôt et de prendre du temps à mes adversaires. Il y a forcément plein de choses Lire la suite

Ma vie sur le circuit en tant que femme de joueur, par Kelsey Anderson

Crédit photo : @KelseyOAnderson

Crédit photo : @KelseyOAnderson

Nouvel épisode dans ma série d’interviews permettant de découvrir le travail et les personnes qui évoluent autour des joueurs et joueuses de tennis sur les circuits WTA et ATP. Après le métier de PR manager, celui d’arbitre de chaise, ou encore celui de kiné j’ai décidé pour ce nouvel article de m’intéresser à quelque chose d’un peu différent, quelque chose qui n’est pas vraiment un travail mais qui a à coup sûr un rôle crucial sur le succès et la vie d’un athlète, les partenaires. Souvent oubliés, les femmes, maris, petites amies ou petits copains n’ont pas vraiment une vie conventionnelle. Beaucoup d’entre eux ne peuvent pas voyager avec leur bien aimé toute l’année et doivent vivre une relation à longue distance, d’autres ont fait un choix et ont décidé de faire tout leur possible pour aider leurs partenaires à atteindre leurs objectifs et leurs rêves, et aujourd’hui c’est de ces derniers dont il va être question. Et pour en savoir un peu plus à propos de ce que cela implique d’être une femme de joueur sur le circuit je voudrais chaleureusement remercier Kelsey Anderson qui a accepté de prendre un peu de son temps pour répondre à mes questions. Comme son nom l’indique, Kelsey est la femme de Kevin Anderson (n°12 au classement ATP), et depuis quelques années elle est un membre à part entière de l’équipe de son mari et voyage ainsi avec lui toute l’année. Et contrairement à ce que plusieurs personnes pensent, être une femme de joueurs ne se résume pas à faire du shopping ou à regarder son mari jouer depuis les meilleures places. Comme le révèle Kelsey, cela implique bien plus de choses, et quelques fois cela est même un peu difficile… Si vous voulez en savoir plus à propos de la vie de Kelsey sur le circuit, n’hésitez pas à consulter son blog pour le site The Changeover ou son compte Twitter !

Tout d’abord, beaucoup de gens se demandent à quoi ressemble une journée classique dans ta vie ? J’ai lu sur ton blog que, en fait, il n’y a pas vraiment de journée typique, exact ?
Le programme de notre équipe change beaucoup d’une journée à l’autre et d’une semaine à l’autre. Habituellement nous nous rassemblons la veille et écrivons le programme pour les jours à venir. Vous devez être assez flexible parce qu’avec la nature du tennis et les voyages, les imprévus se produisent toujours. C’est impossible de prévoir quoique ce soit, nous faisons simplement de notre mieux.
La journée classique de Kevin implique un peu de travail sur le court, du travail physique (mais les jours de match normalement), et le travail de récupération. Nous essayons de faire tout le reste des choses qui ont besoin d’être faites autour de ce programme.

Quels sont les difficultés et les bienfaits de votre situation ? Et est-ce que cela vous aide d’être une ancienne athlète vous-même ?
Je pense définitivement qu’avoir pratiqué un sport moi-même m’a aidé à comprendre le niveau d’engagement de Kevin dans le tennis. Je pense que ma propre expérience en tant que joueuse de golf m’a aidée à savoir à quoi ressemble le Lire la suite

Barbora Stefkova : « J’en veux beaucoup plus »

Crédit photo : Jiří Vojzola

Crédit photo : Jiří Vojzola

Quand j’ai eu la chance de poser quelques questions à Barbora Stefkova il y a un an, la joueuse Tchèque était 450ème au classement WTA. Un an plus tard, la talentueuse joueuse a réalisé un grand pas en avant, malgré deux blessures et un diplôme elle est désormais dans le top 300 WTA. Une belle étape, mais Barbora Stefkova en veut plus. « Travailler dur, rêver grand », cela pourrait bien être la devise de Barbora Stefkova. Après avoir remporté son premier 25 000 $ sur le circuit ITF cette année, la joueuse d’Olomouc sait qu’elle peut faire mieux. Et à coup sûr, il y a bien plus à venir pour la encore jeune et talentueuse joueuse Tchèque car elle possède clairement l’état d’esprit idéal pour atteindre ses objectifs et connaître quelques grands succès dans le monde du tennis. Dans cette petite interview Barbora Stefkova parle de ses blessures, de ses progrès, d’à quoi ressemble une journée dans sa vie et quelques autres choses 🙂 English version

Tout d’abord, comment juges-tu ta saison 2015 jusqu’à présent ? Tu as atteint le meilleur classement en simple de ta carrière (284 à la WTA), donc je suppose que tu es plutôt contente…
Et bien, j’ai eu deux blessures au début de l’année, puis ensuite mon diplôme à l’école, donc je pense que cette saison est un petit peu meilleur que ce que j’espérais. J’ai déjà remporté mon premier tournoi ITF 25 000 $ et atteint le top 300 WTA, donc je suis très motivée pour le travail à venir. Je suis heureuse d’avoir atteint le top 300, mais je veux beaucoup plus. J’aimerais être aussi haut que possible au classement à la fin de la saison.

Dans quel(s) compartiment(s) de ton jeu penses-tu avoir le plus progressé ces derniers temps ?
Je pense que mon service s’est amélioré, mais je continue de travailler dessus.

Tu as gagné ton premier match sur le circuit WTA cette année 🙂 Quelle est la plus grande différence que tu as vu entre les tournois WTA et ITF ?
L’organisation à coup sûr, et aussi les adversaires. Dans les tournois WTA tu joues uniquement des tops joueuses. Tu n’as aucun Lire la suite

Interview avec… Antonia Lottner

Crédit photo : Antonia Lottner Facebook

Crédit photo : Antonia Lottner Facebook

Antonia Lottner est l’une des nombreuses talentueuses joueuses Allemandes sur le circuit WTA. La joueuse originaire de Düsseldorf qui va disputer le tournoi ITF d’Hechingen à partir de lundi a très gentiment accepté de prendre un peu de son temps pour répondre à mes questions. Après une période compliquée pour elle en raison d’une blessure au pied Antonia Lottner est maintenant de retour à son meilleur niveau et réalise jusqu’ici une bonne saison 2015 avec en autres un titre à Stuttgart-Stammheim et une finale à Altenkirchen. Et avec les progrès réalisés par la jeune joueuse aussi bien au niveau de son jeu que de son mental aux côtés de son coach Gerald Mild, il y a de nombreuses raisons d’être optimiste pour la fin de l’année. Outre ses progrès, Antonia Lottner nous parle aussi de sa forte amitié avec la joueuse Suisse Belinda Bencic, de son admiration pour Roger Federer, d’à quoi ressemble une de ses journées sur le circuit, et de plein d’autres choses, notamment de ses goûts 🙂 English version

Tout d’abord, comment juges-tu la première partie de ta saison 2015 ?
2015 a plutôt bien débuté pour moi. J’ai remporté mon premier tournoi de l’année donc c’était un excellent début, et mises à part quelques défaites, j’ai plutôt eu une bonne première partie de saison.

Tu es récemment passé de Prince à Wilson, est-ce que ce changement t’a aidé au niveau de ton jeu ?
Je pense qu’on ne peut pas dire que j’ai mieux joué à cause d’un changement de raquette. J’ai eu beaucoup de succès avec Prince aussi et j’avais simplement besoin d’un changement et pour moi c’était aussi très agréable de revenir avec Wilson parce que j’ai débuté avec Wilson quand j’étais une petite fille.

Dans quel(s) compartiment(s) de ton jeu penses-tu avoir le plus progressé ces derniers temps ? Et quel(s) compartiment(s) penses-tu devoir encore améliorer ?
A coup sûr j’ai amélioré l’ensemble de mon jeu. Nous avons beaucoup travaillé sur les coups de fond court. Je suis meilleure dans les rallyes et plus constante aussi. Et je pense que mentalement j’ai fait un grand pas en avant. Mais j’ai Lire la suite

Questions à Julia Görges

julia-goeges-fila-blue-dress-looking-good-on-court-babolat-connected-racket

Crédit photo : Creative commons

Elle est l’une des nombreuses joueuses talentueuses Allemandes sur le circuit WTA, disputera les demi-finales de la Fed Cup ce weekend, son nom est Julia Görges, et elle a très gentiment accepté de prendre un peu de son temps pour répondre à certaines de mes questions 🙂 Après deux saisons compliquées en 2013 et en 2014, la joueuse originaire de Bad Oldesloe est de retour à un très bon niveau dans cette nouvelle saison et peut avoir de bonnes attentes pour les tournois à venir. En effet l’Allemande a toujours eu de très bons résultats sur terre battue avec notamment 2 titres à Bad Gastein et Stuttgart, ainsi qu’une finale de double mixte à Roland Garros à Paris. Et la saison sur terre battue débutera ce weekend avec la rencontre de Fed Cup entre l’Allemagne et la Russie pour Julia Görges qui croit que l’Allemagne peut remporter cette compétition un jour. Julia Görges parle aussi ici de sa raquette connectée Babolat, d’à quoi ressemble une de ses journées sur le circuit, et de pleins d’autres choses comme de la possibilité de pratiquer le biathlon un jour 😉 (English version)

Tout d’abord, comment juges-tu la première partie de ta saison ?
La première partie de la saison a été plutôt convaincante et j’ai eu quelques bons résultats qui m’ont mis dans une bonne position pour le reste de la saison.

L’équipe Allemande de Fed Cup a atteint la finale l’année dernière et est déjà en demi-finale cette année… Je suppose que vous avez toutes l’objectif secret de franchir une étape supplémentaire cette année et de compléter la « mission Fed Cup » ?
Notre objectif est bien évidemment de remporter la Fed Cup un jour. Mais nous ne nous mettons pas de pression non plus, nous essayons simplement de donner notre meilleur et nous avons une très bonne équipe, donc il y a de bonnes chances de remporter la Fed Cup un jour.

A quoi ressemble une journée typique dans la vie de Julia Görges sur le circuit WTA ?
Il ne se passe rien de particulier 😉 Si c’est un jour de match j’ai un échauffement avec mon coach avant le match, je fais quelques exercices avec mon préparateur physique et kiné, du coup je suis prête à aller sur le court. Après le match je me Lire la suite

A la découverte du métier de… coach de tennis, avec Jérôme Adamec

jerome-adamec-coach-tennis-barbora-strycova-interview-majorque

Crédit photo : @jeromeadamec

Nouvel épisode dans ma série d’interviews permettant de découvrir le travail des personnes qui évoluent autour des joueurs et joueuses de tennis sur les circuits WTA et ATP. Après le métier de PR manager, celui d’arbitre de chaise, ou encore celui de kinésithérapeute j’ai décidé pour ce nouvel article de m’intéresser au métier d’entraineur. Souvent oubliées et dans l’ombre de leur joueurs et joueuses, ces personnes effectuent pourtant un travail aussi passionnant qu’important pour aider les athlètes à atteindre leur plein potentiel et délivrer des performances optimales. Et pour en savoir plus sur le métier de coach, je tiens à remercier très chaleureusement Jérôme Adamec d’avoir pris le temps de répondre à mes questions afin de vous faire découvrir son métier. Jérôme Adamec est notamment le coach de Barbora Strycova qui a fait un bond de près de 200 places sous sa houlette pour atteindre le meilleur classement de sa carrière avec une 20ème place à la WTA. Et grâce à lui j’espère que vous allez en apprendre un peu plus sur un métier pas si rêvé que cela 🙂

Bonjour Jérôme, tout d’abord je suppose qu’il y a plusieurs façons de devenir coach de tennis, mais y-a-t-il quelques diplômes ou qualifications clés ?
J´ai un BE (ndlr : Brevet d’Etat) tennis français et une licence STAPS (ndlr : Sciences et techniques des activités physiques et sportives) mais aucun diplôme n´est requis pour être coach de tennis.

Vous voyagez beaucoup, combien de temps passez-vous loin de chez vous ? Et le coach a-t-il son mot à dire lorsque le joueur ou la joueuse établit son calendrier ?
Beaucoup trop 🙂 De l´ordre de 30 semaines à l´année.
Oui! bien sûr, le coach a son mot à dire. En tout cas, dans notre relation avec Barbora on discute régulièrement du planning et prenons les Lire la suite

A la découverte de… Ana Konjuh

ana-konjuh-smile-croatian-tennis-lovely-talented

Crédit photo : Creative commons

Née à Dubrovnik en Croatie, Ana Konjuh, qui va bientôt disputer les qualifications du tournoi d’Indian Wells, a très gentiment accepté de prendre un peu de son précieux temps afin de répondre à quelques-unes de mes questions. Entrée dans le top 100 en 2014, Ana Konjuh est certainement l’une des joueuses les plus prometteuses et les plus talentueuses du circuit WTA. Si elle est actuellement la plus jeune joueuse du top 100, son jeune âge (17 ans) n’est pas toujours un avantage, comme elle l’explique dans cet entretien où elle parle également de son fameux tatouage, de son jeu, et de son admiration pour Roger Federer… Alors ne perdez pas une minute et faites la connaissance d‘Ana Konjuh, une star en devenir ! (English version)

Tout d’abord, comment es-tu arrivée dans le tennis ?
Ma grande sœur jouait au tennis et je l’accompagnais lors des entrainements. Au début je m’amusais simplement en ramassant les balles. Mais au bout d’un moment je suis totalement tombée amoureuse du tennis, alors j’ai commencé à moi-même m’entrainer.

Comment décrirais-tu ton style de jeu, quelles sont tes forces, et quel(s) compartiment(s) de ton jeu penses-tu devoir encore le plus améliorer ?
Je suis une joueuse offensive, j’aime être la patronne sur le terrain. Mon revers est plutôt bon et mon service aussi. Mais je dois m’améliorer dans tous les secteurs, je suis encore jeune et j’ai du temps pour tester toutes sortes de Lire la suite