Maria Sharapova rencontre SELF magazine

maria-sharapova-feature-self-magazine-supergoop-sunscreen-point-of-view

Après une élimination prématurée à l’US Open, Maria Sharapova est de retour à l’entrainement depuis quelques jours. Alors que la Russe va bientôt entamer une dernière partie de saison où elle n’a que des points à gagner, je vous propose ici la traduction d’un article que j’ai trouvé assez intéressant qui est paru dans le magazine SELF il y quelques semaines. (english version)

« J’ai un esprit de compétition« , déclare Maria Sharapova. « C’est féroce et puissant, et il s’agit de gagner.«  Ce sont des mots bien audacieux, mais en personne, la joueuse Russe de 27 ans est totalement sans prétention, même un peu timide au moment de commander un café au lait dans un jean moulant et des ballerines python. Mais ni le joli cadre de verdure du café où nous l’avons rencontrée, qui se trouve être le Wimbledon Village, ni sa voix douce ne font oublier la puissance de son message. Sharapova est un trublion sur le terrain, comme tous ceux qui l’ont regardée depuis qu’elle a pris d’assaut les courts de tennis féminin il y a 10 ans, arrachant la victoire à Serena Williams dans un match historique, le savent déjà. Mais Maria Sharapova n’est pas en reste en dehors du terrain : Dans la dernière décennie, deal après deal, entreprise par entreprise, elle est devenue la marque Maria, en étendant sa portée à la mode, la philanthropie, la beauté, et même les bonbons, prenant ainsi la tête de la liste 2014 de Forbes des athlètes féminines les mieux payées du monde.

Sharapova et moi sommes sur la High Street du village alors que nous parlons, et le spectre du prochain tournoi tourne autour de nous. Au final elle ne parviendra pas à dépasser les quarts de finale cette fois, mais en ce moment, elle est calme. Nous sommes trois jours après sa victoire historique à Roland Garros.

Elle me dit avec un rire: « Après avoir fait une photo avec le trophée, j’ai pris le train (pour Londres) avec un ami, et nous avons trimballé nos valises, et je me suis dit, attend, je viens de remporter Roland Garros hier! Où sont les majordomes ? » Elle plaisante, mais avec tout ce qu’elle a réalisé, un majordome aurait vraiment semblé approprié.

maria-sharapova-fashion-targets-breast-cancer  maria-sharapova-off-court-style-mode-black-and-white-glamorous

Pourtant Sharapova parle de sa carrière comme s’il s’agissait juste d’une autre journée au bureau, un bureau où elle est à la fois le talent et le chef de la direction. En regardant en arrière sur comment tout a commencé, eh bien, imaginez si c’était vous, et que vous aviez 17ans : « J’étais très inexpérimenté, » dit-elle. « Mais je n’étais pas nerveuse du tout. Dès que je suis arrivée là-bas sur le court, c’était comme si j’avais des œillères. Alors vous obtenez cette vision étroite. »

Après que Maria Sharapova, avec ses longues jambes et sa très grande ambition, ait atteint les sommets en 2004, elle aurait facilement pu partager le même sort que les autres joueurs dont les performances sur le terrain n’ont jamais atteint celles de leur marketing, et inversement. Et le marketing est vite arrivé avec la Maria Mania et avec un accord immédiat avec Motorola et le magazine Sports Illustrated. Mais Maria Sharapova a une vision à la fois large et à long terme : Elle a signé ces contrats, mais elle a continué à travailler dur, développant une volée liftée bien à elle, un énorme coup droit et un cri si fort quand elle frappe la balle que certains ont spéculé que cela était tout simplement une tactique pour perturber ses adversaires.

maria-sharapova-practice-fitness-asian-tour-wta-strong-is-beautiful

Au cours des 10 dernières années Maria Sharapova a montré qu’elle était très engagée à la fois au niveau de son jeu et du business. Des marques comme Tiffany & Co. et Avon ont fait appel à elle, et depuis 2009 elle a conçu une ligne de chaussures et une collection de sacs pour Cole Haan. En ce qui concerne sa propre apparence, « Quand je suis sur le terrain, je ne pense pas à mon apparence, « dit-elle. « Je fais ma queue de cheval en deux secondes, et je ne porte pas un point de maquillage. J’ai confiance en ma peau, et je suis là pour jouer un match. » Pourtant son style sur le court a subi sa propre évolution. « En arrivant à mon premier Wimbledon, il y avait deux autres filles qui portaient la même robe que moi, » dit-elle. Gagner le tournoi à mis un terme à cela car Nike a commencé à créer des vêtements conçus sur mesure pour elle, et elle a traversé une phase où ses tenues faisaient tourner les têtes : une petite robe noire en satin et cristal taillée sur mesure pour l’US Open 2006, une robe pour Roland Garros 2008 qui a été accentuée d’une perle de chez Tiffany, une robe bleu Méditerranée avec une superposition de maille pour Roland Garros 2007.

Elle reparle sur tous ces ensembles avec tendresse, mais aujourd’hui Sharapova est plus minimaliste. Et c’est en partie dû à la maturité, « J’étais une adolescente. Bien sûr j’ai adoré les tenues roses et les différents motifs! » Mais c’était surtout du business, « Ces pièces uniques ont eu une grande valeur de divertissement, » dit-elle, mais depuis 2010, elle a travaillé sur la Collection Maria Sharapova pour Nike. « Concevoir les tenues pour le marché de masse a vraiment changé ma façon de penser et mon regard sur le court. Même si je veux être celle qui va emmener la mode sur le terrain, aujourd’hui je veux le faire d’une manière qui permette à toutes les femmes qui jouent au tennis de porter ces tenues. » Pour beaucoup d’observateurs du jeu, elle n’a jamais semblé mieux qu’aujourd’hui. La même chose pourrait être dite de son style hors des courts, avec un mélange de designers tels que Rick Owens, Isabel Marant et Raquel Allegra, le tout porté avec confiance et désinvolture.

Ce sens de la façon d’assembler les tenues a aidé Sharapova sur les tapis rouges, et elle a signé pour être le visage de la CFDA’s Fashion Targets Breast Cancer initiative. Elle est également le visage du nouveau parfum de chez Avon, Luck, où elle est mise en vedette dans une campagne photographiée par Pamela Hanson. Ce n’est pas la première fois que Maria Sharapova touche au parfum, mais cette fois-ci le cœur y était, « J’ai créé mon propre parfum une fois, et ce n’était pas mon truc. J’avais l’impression de faire la même chose que toutes les autres personnes célèbres. Cette fois il y a eu beaucoup de plaisir. »

Publicités

24 réflexions au sujet de « Maria Sharapova rencontre SELF magazine »

  1. Je la veux vraiment cette finale France – Suisse ! (surtout que je pourrais sûrement y assister si ça se déroule à Lille :D)

  2. C’est sûr qu’il ne faut pas déjà se voir en finale mais ça donne beaucoup de confiance pour la suite 🙂

  3. En effet, Nicole revient et je suis tellement heureux! C’était une joueuse qui faisait vraiment une progression de dingue et qui pour moi possédais un talent incroyable. J’espère qu’elle réussira son retour.

  4. Kiri est trop souvent blessé et puis même elle a perdu pas mal 😦 Je sais pas si je reprendrai ce blog la ou pas.. Je vais essayé de garder celui de Nikkie déjà.

  5. J’espère que tu pourras aller à Bercy le mois prochain, j’ai les moyens d’y aller cette année, financier et transport mais toujours pas convaincu d’y aller

      • Je te souhaite d’y aller 😉 J’ai pris ma décision : je zappe pour plutôt aller au Mondial de l’auto à la porte de Versailles histoire de faire quelques photos, surtout avec les hotesses 😛 Si l’idée te vient d’y aller, on peut se capter avec grand plaisir ^^

      • Haha je te comprend 😉 De mon côté j’espère vraiment que Roger ne va pas zapper Bercy à cause de la Coupe Davis !
        Sinon je note l’idée du salon de l’auto, ça serait aussi avec grand plaisir 😉 Reste plus qu’à voir comment s’organiseront les choses pour moi à ce moment là ! 🙂

Poster un commentaire (adresse e-mail non obligatoire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s